Rencontre avec les Vétérans de « Band of Brothers »

 

Inutile de dire que en plus du bonheur que nous a procuré cette rencontre, nous sommes fiers d’avoir été les élus pour ces contact privilégiés ; sans fausse modestie nous pouvons deviner dans ce geste la reconnaissance du sérieux de notre association .

Les vétérans

Au risque de me répéter, la vitesse avec laquelle la décision a du être prise et le nombre limité de place ont fait que les participants à notre bivouac de Bierset eurent vite fait de constituer l’effectif imposé .

Suivant un scénario bien connu et bien rodé, le système de rendez-vous sur l’itinéraire nous conduisant à Chièvres fut constitué pour être tous sur place ensemble et à l’heure .

A 9h00 précise, nous nous présentons au corps de garde de la base du 80th Support Group ; c’est bien connu les américains ne badinent pas avec la sécurité, mais l’exactitude de la liste des participants nous fit franchir sans encombre le poste de contrôle .

Shifty Powers répondant aux questions de l’assistance

Le hangar désormais bien connu avait été aménagé pour la circonstance, tribunes en arc de cercle autour d’une série de chaises destinées au Vétérans, la décoration avait elle aussi été soigneusement réalisée . Petit à petit les militaires américains arrivent ; tout à coup un car est en vue : serait-ce eux, non pas de chance ce sont des élèves de l ‘école américaine, mais tout n’était pas perdu car nos jeunes en particulier purent admirer des jolies jeunes filles d’outre Atlantique….çà fait aussi plaisir au yeux .

J’allais oublier : nous étions naturellement là avec nos chers véhicules (3 jeeps et 1 Dodge), et en tenue d’époque bien entendu .

Il est 10h30, un autre car est en vue, cette fois ci ce sont eux « les Frères d’Armes » ; nos gorges se nouent en voyant descendre un à un ces héros ; nous formons une haie d’honneur à proximité de l’entrée du hangar, au passage ils nous portent un regard bienveillant et nous font des petits signes amicaux . Petite anecdote : Frank Perconte était accompagné de l’acteur qui jouait sont rôle dans la série télévisée .

Les Vétérans font leur entrée sous les applaudissements de l’assistance ; après un mot de bienvenue du Chef de Corps, la séance de questions-réponses commence, le micro passe de l’un à l’autre pour permettre à chacun de poser ses questions, certains jeunes n’en posent pas, ils les remercient tout simplement, parfois même les larmes aux yeux .

En ce qui me concerne, même si l’acoustique avait été bonne je n’aurais rien compris, mais l’ambiance et la vue de cet entretien collectif m’a comblé .

Serge Cherville et Shifty Poweers

Le temps passe, il est temps pour les vétérans de prendre leur repas et de se reposer quelque peu . Il est à présent 13h00, une séance de signatures d’autographes commence, elle durera 1h30, quelques 300 personnes ont défilé, faisant signer çà et là des photos, des livres et aussi le dépliant accompagnant le coffret de CD .

La journée n’est pas finie, les Vétérans vont être à présent reçus par les Autorités Communales au musée de la Base de Chièvres situé dans la cité, dans un bâtiment construit par les Allemands durant le dernier conflit mondial .

Comme cela était prévu nous les accompagnons, là, l’assistance sera moins nombreuse et nous pourrons les côtoyer un peu plus intimement si je peux m’exprimer ainsi .

Un petit discours de remerciement et d’hommage

Un discours de bienvenue est prononcé par Monsieur le Bourgmestre de Chièvres, puis vient mon tour de m’exprimer au nom de notre association, le tout simultanément traduit par Marie-Lise Baneton . Mon texte lu (voir ci-dessous) , nous remettons un cadre de souvenir et de remerciement à ….au nom des vétérans ; j’ai voulu qu’il soit remis par deux personnes, une plus âgée et qui a connu ces moments tragiques en la personne de Willy Martin et un jeune : Christophe Therer à qui revient désormais la tâche de perpétuer le souvenir ; le protocolaire terminé, chacun eu l’opportunité de s’entretenir avec eux et de se faire photographier à satiété ; en ce qui me concerne comme toujours dans des cas pareils je me contente de les admirer, de ne pas troubler l’intimité de leurs souvenirs, et de les imaginer dans les plus durs moments de leurs combats.

Remise du cadre souvenir

En ce moment je ne peux m’empêcher de penser que ces quelques vétérans ont été sortis de l’anonymat par Steven Spielberg quand il a projeté de réaliser cette série télévisée « Band of Brothers », véritable chef d’œuvre par ailleurs ;

sans cela ils seraient restés dans leur anonymat comme des milliers d’autres vers qui vont mes pensées en ce moment, ils furent de toutes nationalités, pour beaucoup ignorés ou oubliés, parmi nos compatriotes ils y eu aussi des héros . Une chose est certaine, désormais quand nous reverrons pour la Xème fois cette série télévisée, nous ne la regarderons plus avec les mêmes yeux .

 

 

  

Laeticia et James Madio,
l’acteur qui jouait le rôle de Frank Perconte

Bruno et Shifty Powers

Christine et Frank Perconte

 

Alain en compagnie de deux Vétérans

 

Discours de Maurice Robens

 

Chers Vétérans,

L’instant que nous vivons ici en votre présence figure parmi les plus important de notre vie ; c’est pour nous un immense privilège de vous rencontrer vous qui avez, au mépris de tout danger, participés à la libération de notre pays et rendus le sourire à nos parents.

Comme vous pouvez le constater nous portons les uniformes dont vous étiez vêtus en 1944, nous voulons les porter sans autre prétention que celle de faire vivre votre souvenir et nous voulons les porter avec dignité.

Notre association, par la connaissance de l’histoire, par les commémorations auxquelles nous participons, par les reconstitutions que nous faisons, a pour ligne directrice principale de perpétuer votre mémoire en reproduisant votre image.

Qui en Belgique principalement en ces moments de célébrations du soixantième anniversaire de la libération et de la fin de la seconde guerre mondiale en Europe, n’a vu des films reproduisant vos glorieux faits d’armes et vos souffrances ; ce sont là des images qui restent dans les mémoires.

Quand nous défilons dans les véhicules que nous avons restauré avec ferveur, quand nous reconstituons des bivouacs identiques à ceux dans lesquels vous avez vécu à l’époque, un public nombreux vient nous rendre visite et cela rend plus concret ce qu’il a vu dans les films et nos témoignages sur l’histoire lui donnent une idée plus étendue de vos actions et de vos sacrifices.

Vous nous avez laissé la paix en héritage, mais en sommes-nous dignes, faisons-nous vraiment ce qu’il faut pour la préserver ? Je n’en suis malheureusement pas sûr ; mais n’oublions jamais une chose qui doit nous rendre vigilant : rien n’est jamais définitivement acquis.

Encore une fois au nom de nos parents qui ont vécu ces moments pénibles, Merci.

Que Dieu vous garde.

 

Maurice Robens